Rechercher

Introduction à la communication non-violente (axe du couple)



La communication non-violente (CNV) est la création de Marshall Rosenberg. Selon lui, la CNV est « le langage et les interactions qui renforcent notre aptitude à donner avec bienveillance et à inspirer aux autres le désir d’en faire autant. »


Cette démarche facilite la prise de conscience de ce qui se passe en nous, et en l’autre. Ce socle permet une communication authentique, empathique et bienveillante. Elle permet de s’exprimer sur son vécu, de le communiquer à l’autre pour davantage de clarté, et de répondre aux besoins de façon pacifiste et harmonieuse.


Le procédé, bien que simple en apparence, comporte 4 étapes :


A. L’observation des faits.

B. La recherche des sentiments.

C. La reconnaissance des besoins.

D. La demande.


Or, il parvenir à intégrer ces 4 composantes dans notre mode de communication n’est pas si aisé. Cela demande de la pratique, de l’expérimentation.




A. L’observation des faits :


Savoir distinguer observer et évaluer/juger. Savoir observer ce que nous entendons, voyons, touchons, ressentons sans établir une évaluation.


Savoir exprimer à l’autre de façon claire où nous en sommes sans évaluer car l’autre se sentira jugé ou critiqué et se refermera, ou entrera dans un mode défensif.


B. Explorations des sentiments


Savoir entrer en contact avec son intériorité. Revenir en son corps et chercher l’endroit où des sensations le traverse.


Accueillir les émotions et leur faire de la place. Souhaitez-leur la bienvenue !

Tenter de mettre en mots ses ressentis en utilisant un vocabulaire émotionnel. Les formuler intérieurement ou les partager à son/ sa partenaire.


C. Les besoins


Tous les besoins sont universels, nous avons tous les mêmes besoins. En revanche, ils se manifestent à des moments différents et les stratégies pour y répondre sont également différentes. Elles émanent de notre culture, de notre éducation, de nos expériences, de notre vécu.


La complexité dans la recherche des besoins, c’est que souvent, nous confondons les stratégies d’assouvissement de nos besoins avec nos besoins.


Quels sont les besoins révélateurs de vos émotions ? Savoir les contacter, et les formuler.


D. La demande


Réfléchir à l’action qui pourrait répondre à notre (nos) besoin(s). Peut-être pourrions-nous y répondre seul(e), ou peut-être aurons-nous besoin d’aide. Dans ce cas, formulez votre demande à votre partenaire dans un langage précis, sans utiliser de négation.


Bien évidemment, l’autre aura toujours le droit de ne pas accéder à notre demande. Demander n’est pas exiger !


Comme le dit Marshall Rosenberg :

« S’il te plait, ne fait pas ce que je t’ai demandé, si tu as peur d’une punition.

S’il te plait, ne fait pas ce que je t’ai demandé, si tu espères une récompense ou si tu penses que je vais t’aimer davantage.

S’il te plait, ne fait pas ce que je t’ai demandé, si tu as un sentiment de honte, de culpabilité ou de pouvoir. »


Il est alors essentiel que notre partenaire répondre à notre demande par amour, uniquement par amour et s’il refuse, gardez à l’esprit que s’il dit non à votre demande, c’est parce qu’il dit oui à son/ses besoin(s) !





Par Céline Jennequin


68 vues0 commentaire